Orientalisme (1)

Avec la progression au cours du 19e siècle de l’expansion coloniale européenne se développe un fort intérêt intellectuel, artistique et scientifique pour les pays du Moyen-Orient de culture islamique.

Certains peintres ont voyagé au Magreb ou  en Egypte pour nourrir leur inspiration. D’autres se sont contentés des récits des voyageurs. Si les scènes de vie ou les paysages  ont une valeur picturale autant qu’ethnographique, la représentation des femmes orientales, grand thème récurrent de l’orientalisme tant littéraire que pictural, reste totalement emprunt de fantasmes et d’a priori. C’est d’abord un moyen de montrer des femmes nues “dont la nudité serait choquante pour l’époque si elle n’était pas avant tout une évocation de l’ailleurs, où les mentalités seraient différentes
Le Harem (lieu fantasmé par les européens) et l’odalisque sont les principales source d’inspiration des peintres quelque soit leur style.
La plus connue est sans conteste le Bain Turc de Jean Auguste Dominique INGRES (1780-1867)

INGRES Le bain turc

INGRES Le bain turc

INGRES La grande Odalisque

INGRES La grande Odalisque

Odalisque nue et généralement lascive, servante ou eunuque noir, Oud et narghilé, tout les éléments classique du tableau du harem sont ici réunis.

Comme chez Jean-Léon Gérôme, (1854-1904) peintre académique français

Gérome "La Bain du harem"

Gérome "La Bain du harem"

Ou Chez Marià Josep Bernat Fortuny i Marsal (1838-1874) Peintre catalan

Maria Fortuny I Marsal Odalisque

Maria Fortuny I Marsal Odalisque

orientalisme et peinture : page intéressante sur les grands peintres orientalistes (Ingres, Delacroix, Gérome)

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*