Aux origines de l’art érotique (1)

Depuis que l’homme a découvert l’art du dessin, il a représenté entre autre les attributs sexuels et des scènes de copulation.

D’abord gravés dans la pierre

Sexes féminins du paléolithique supérieur (lieu inconnu)

Sexes féminins du paléolithique supérieur (lieu inconnu)

Gravure de la copulation d’une femme avec un homme loup (Fezzan Libye)

Gravure de la copulation d\'une femme avec un homme loup (Fezzan Libye)

Copulation en levrette (lieu inconnu)

fresque pigmentée sous abri rocheux d'une copulation en levrette

fresque pigmentée sous abri rocheux d'une copulation en levrette

Dans l’Égypte antique on représentait des scènes érotiques peintes sur des papyrus.

Une musicienne pénétrée par un homme debout

Une musicienne pénétrée par un homme debout

dernière fellation (?) du Pharaon avant d'être emporté par Anubis

dernière fellation (?) du Pharaon avant d'être emporté par Anubis

Un papyrus conservé au musée de Turin représente une suite de scènes pornographiques. Celui-ci tout en longueur est un vrai manuel des positions sexuelles.

Extrait du papyrus érotique du musée de Turin

Extrait du papyrus érotique du musée de Turin

L’érection de ce pharaon est majestueuse sur cette peinture murale de XXIe dynastie (musée de Turin)

LEDA et le Cygne, Mythe ancien toujours représenté (3)

Ce tour d’horizon des représentations picturales de Leda et le Cygne à travers les siècles s’achève avec les peintres du XXeme siècle.

Voici une image coquine de la portraitiste et illustratrice danoise Gerda WEGENER (1889-1940) qui nous montre une Leda jeune fille modèle, se troussant pour s’exhiber devant le Cygne, en attendant plus ?

Leda s'exhibe devant le cygne par Gerda Wegener

Leda s'exhibe devant le cygne par Gerda Wegener

Le peintre expressionniste allemand Otto DIX (1891-1969) nous présente une scène très violente

Leda et le cygne par Otto DIX

Leda et le cygne par Otto DIX

Salvator DALI (1904-1989) a laissé 2 oeuvres sur ce thême.

Dans la première qui reprend une des postures classiques de Leda, il utilise des coulures épaisses de peinture blanche pour figurer en relief la puissance du dieu-cygne.

Leda par Dali première version

Leda par Dali première version

La version suivante est clairement dans la veine des toiles surréalistes qui mettent en scène sa femme Gaïa

Leda (Gaïa) et le cygne par Dali

Leda (Gaïa) et le cygne par Dali

Paul Mathias PADUA (1903-1981) peintre allemand, de par ses accointances avec le régime nazi, n’est pas un peintre très fréquentable mais on ne peut qu’admirer l’énergie de son cygne/Zeus”. La symbolique de l’érection est ici parfaitement mis en scène par la posture du cygne.

Yasushi TANAKA (1886-1941) peintre japonais, installé en France, a lui aussi succombé à la tentation de peindre cette légende occidentale. Leda rougissante sous le plaisir, fait corps avec l’oiseau qui pince un téton avec son bec.

Leda et le cygne par le peintre japonais Tanaka

Leda et le cygne par le peintre japonais Tanaka

Nicolas KALMAKOFF (1873-1955) peintre symboliste italo-russe peu connu, pare Leda d’une couronne et de bijoux d’or qui témoigne de son statut de reine. L’attitude de Leda me parait équivoque : bien qu’elle semble vouloir échapper au cygne, son regard fixé sur celui de l’oiseau indique la fascination, précédant certainement l’abandon.

Leda et le cygne dans l'eau par Nicholas Kalmakoff

Leda et le cygne dans l'eau par Nicholas Kalmakoff

Plus le temps passe, plus les artistes peignent le mythe de façon érotique voir pornographique.

Voici quelques exemples de ces oeuvres :

Yarek GODFREY né en Pologne en 1957 n’est plus dans la symbolique, la tête du cygne pénètre physiquement le sexe de Leda.

Leda pénétrée par la tête du cygne par Yarek Godfrey

Leda pénétrée par la tête du cygne par Yarek Godfrey

Steven KENNY peintre étatsunien né en 1962 (son site web ici) propose une étreinte en position du missionnaire qui n’a aucun intérêt.

Leda en missionnaire avec le Cygne par S Kenny (2008)

Leda en missionnaire avec le Cygne par S Kenny (2008)

Fred EINAUDI est un peintre surréaliste américain né à San Francisco en 1971.(son site ici)
Cette  fois c’est en levrette, position animale s’il en est, que le cygne prend Leda sous l’oeil du peintre. Et celle-ci semble apprécier !

Leda prise en levrette sous les yeux du peintre Fred Einaudi

Leda prise en levrette sous les yeux du peintre Fred Einaudi

LEDA et le cygne, mythe ancien toujours représenté (2)

Après un  long moment d’absence, j’ai décidé de reprendre ce blog…

Voici donc ma 2ème contribution sur les oeuvres mettant en scène Leda et le Cygne (Zeus)

voici une scène jamais vu ailleurs de Leda, le Cygne et son mari, le Roi Tyndare  attribuée à Charles-Antoine Coypel (1694-1752) peintre de cour issue d’une longue lignée de peintres du roi de France !?

Image tirée de l'Histoire Universelle - 1740

Image tirée de l'Histoire Universelle - 1740

Au 19ème siècle, des peintres parmi les plus célèbres reprendront les modèles de leurs prédécesseurs ou le revisiteront.

Comme Théodore Géricault à qui ont doit 2 toiles sur ce thème.

La première clairement inspiré par Véronèse et Michel-Ange lors de son séjour en Italie

Leda par Théodore Géricault 1ere Version

L’autre beaucoup plus personnelle, nous montre une scène plus violente où Leda repousse les assauts du Dieu

Leda et le Cygne par Gericault 2eme version

Leda et le Cygne par Gericault 2eme version

Le peintre symboliste Gustave Moreau (1826-1898) donnera lui aussi 2 versions de la rencontre de Leda et Zeus

cette première version, ne montre aucun accouplement et le Cygne a une attitude protectrice. L’instant est solennel avec la couronne portée par les angelots.

Leda  et le Cygne par Gustave Moreau

Leda et le Cygne par Gustave Moreau

l’autre version est plus sensuelle même si là aussi l’accouplement n’est pas représenté

Leda par Gustave Moreau 2eme version

Leda par Gustave Moreau 2eme version

Paul Prosper Tillier (1834-1915) nous propose une Leda rousse allongée au bord de l’eau qui repousse mollement les avances du cygne.

Leda la rousse par Paul-Prosper Tillier

Leda la rousse par Paul-Prosper Tillier

Autre version de Leda en rousse et serviette rouge (!) par un peintre nord-americain peu connu CA Holland (vers1910)

Leda rousse s'abandonnant au Cygne

Leda rousse s'abandonnant au Cygne

François-Édouard Picot (1786-1868)  ”À la fois peintre d’histoire, peintre de genre et portraitiste, François-Édouard Picot a été plus apprécié pour les mérites de son enseignement que pour ses talents de peintre.” dixit Wikipédia

c’est vrai que sa représentation de ce mythe est bien mièvre.

Si on se réfère à sa posture, sa Leda semble n’avoir pas eu beaucoup de plaisir avec le cygne qui s’éloigne  !

Chez l’impressioniste Paul Cézanne (1839-1906) Leda ne semble pas non plus très heureuse d’être entreprise par le cygne qui lui pince la main.

Paul Cézanne Leda au cygne

Paul Cézanne Leda au cygne

Le peintre allemand Johann Michael Ferdinand Heinrich Hofmann (1824-1911) surtout connu pour ses nombreuses peintures illustrant la vie de Jésus nous montre une scène bien sage.

Leda et le cygne par JMFH Hoffmann

Leda et le cygne par JMFH Hoffmann

LEDA et le cygne, mythe ancien toujours représenté (1)

J’aborderai ici la persistence de la représentation d’un mythe grec à travers les siècles. L’histoire mythologique de l’accouplement zoophile de LEDA reine de Sparte avec un cygne (en fait ZEUS) a tellement frappé les hommes que sa représentation pourtant souvent obscène s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui.

L’histoire : Léda, fille de Thestios (roi d’Étolie), est l’épouse de Tyndare (roi de Sparte) et la mère de Clytemnestre, d’Hélène et de Castor et Pollux. Elle fut aimée par Zeus, qui prit la forme d’un cygne pour la séduire. De ses amours avec le dieu, elle conçut deux enfants (Hélène et Pollux), qui naquirent dans un œuf, alors que Clytemnestre et Castor, fils de Tyndare, naquirent dans un autre œuf

Dans l’antiquité,  on représente les amours de Léda et du cygne sous deux types :

  • Léda, debout, ouvre son vêtement pour que le cygne vienne s’y blottir
  • L’accouplement de la jeune femme, nue, avec un cygne de très grande taille.

Les supports sont variés sculpture, lampe, sceau, vase, mosaïque…

Leda et le cygne sur une lampe à huile IIIe siecle ap jc

Leda et le cygne sur une lampe à huile IIIe siecle ap jc

Leda sur des sceaux sassanides époque romaine

Leda sur des sceaux sassanides époque romaine

 

Leda sur un bas-relief hellenistique

Leda sur un bas-relief hellenistique

 

Leda sur une mosaïque

Leda sur une mosaïque

 

Les mythes antiques disparaissent de la culture médéviale mais ils font leur retour à la Renaissance qui redécouvre toute la richesse artistique et intellectuelle de l’Antiquité. Les artistes de la Renaissance relisent les mythes de l’Antiquité païenne qui leur donnent de nouveaux sujets de production.

Ainsi notre Leda réapparait dans des poses assez similaires.

Comme dans cette gravure de Hans Baldung, dit Grien (en raison de sa prédilection pour la couleur verte), un peintre, dessinateur et graveur allemand de la Renaissance qui s’est perfectionné auprès de Durer. (1485-1545)

Leda et le Cygne (Gravure de Hans Baldung)

Leda et le Cygne (Gravure de Hans Baldung)

Léonard de Vinci ne nous montre pas l’accouplement, mais Leda est nue et les oeufs déjà éclos… L’oeuvre originale a disparu mais il existe des copies faites par des élèves de son atelier.

Leda et le cygne d'après Léonard de Vinci copie d'élève 1505-1510

Leda et le cygne d'après Léonard de Vinci copie d'élève 1505-1510

 

Chez Michel-Ange, (composition perdue mais connue par une copie du Rosso de la National Gallery de Londres 1530) Léda  se trouve entre la position assise et la position allongée, le cygne se trouvant dans une position beaucoup plus érotique.

Leda et le cygne d'après Michel-Ange

Leda et le cygne d'après Michel-Ange

D’autres peintres italiens de la renaissance ont donné leur version  :

Antonio Allegri da Correggio, dit Il Correggio

Leda et le Cygne par Corregio 1532

Leda et le Cygne par Corregio 1532

Jacopo Robusti, dit Tintoretto

Leda et le cygne de Tintoretto

Leda et le cygne de Tintoretto

Dans la même veine érotique que Michelangelo, l’oeuvre de Veronese (Paolo Caliari, dit Véronèse 1528-1588) est remarquable

Leda et le Cygne par Veronese

Leda et le Cygne par Veronese

Voici ce qu’en dit l’écrivain Philippe Sollers :

« …Ici, un aveu personnel : un des plus beaux tableaux du monde, érotiquement suggestif, a toujours été pour moi Léda et le cygne de Véronèse.On voit une splendide Vénitienne nue avec bijoux, sur laquelle Dieu (pardon,Zeus) se dispose à opérer une pénétration profonde. Zeus,pour s’unir à une mortelle, s’est transformé en un magnifique cygne blanc,et déjà son bec jaune entre dans la bouche entrouverte de la voluptueuse pâmée (ce n’est pas tous les jours qu’on fait l’amour avec le Divin lui-même). Une reproduction de cette scène mystique m’accompagne depuis l’enfance. Je m’étonne aujourd’hui que Véronèse n’ait pas été davantage inquiété par l’Inquisition, les papes ont donc laissé passer ce genre de fantaisie hautement condamnable mais électrisante, d’un surréalisme rarement égalé. A vrai dire, les dieux grecs, et surtout les déesses,nous manquent, ils nous boudent depuis longtemps, ils ont fui loin de nous, et j’ai peur de me retrouver seul avec eux. Tant pis, je les garde. »
Philippe Sollers
Journal du mois, dans le JDD du dimanche 26 février 2006

Il est vai que le long cou du cygne est propice à toutes les allusions sexuelles masculines. Beaucoup y voient là une représentation de la fellation. Il est vrai que d’un point de vue zoologique, le cygne comme tous les oiseaux, n’a pas d’appendice copulateur. Il se contente d’appliquer son orifice sexuel sur celui de sa femelle. Il est bien incapable de pénétrer sexuellement aucune femme. Cependant l’imaginaire n’a que faire de la réalité anatomique et la puissance associé à la morphologie du cygne suffit à en faire une figure idéale pour représenter l’accouplement d’un dieu avec une femme mortelle de façon moins crue.

Chez François Boucher (1703-1770), il n’est plus question  avec Leda de mimer la copulation ou la fellation, mais de trouver un prétexte au dévoilement du sexe féminin avec (presque) tout ses détails.

Leda et le cygne François Boucher 1740

Leda et le cygne François Boucher 1740

 

A la même époque, Charles-Joseph Natoire autre peintre français (1700-1777) reste sur une pose plus classique.

Leda et le cygne par C-J Natoire

Leda et le cygne par C-J Natoire

Orientalisme (3)

Autre endroit fantasmé, le Hammam ou Bain Maure. Puisant ses origines dans les thermes romains, ce lieu où se côtoient nues, des personnes du même sexe, a inspiré de nombreuses scènes représentant des femmes orientales dénudées dans diverses poses.

 

Paul Louis Bouchard, Après le Bain

Paul Louis Bouchard, Après le Bain

Massage au Hammam de Debat Ponsan

Massage au Hammam de Debat Ponsan

 

Mais celui qui a le plus souvent utilisé ce thème du hammam est Jean-Léon Gérôme

Jean-Léon Gérôme, né à Vesoul en  1824 et mort à Paris en 1904, était un peintre et sculpteur français membre de l’Académie des beaux-arts (fauteuil 3). Emblématique de la peinture académique du Second Empire, Gérôme est parfois qualifié de peintre pompier. Il représenta souvent des scènes orientales ainsi que des thèmes chers aux néoclassiques. Gérôme n’a cessé, dans sa première période, de sillonner les mondes arabes, de croquer des scènes de la vie courante, en Turquie,et en Egypte (1857)

 

 

On notera la présence presque systématique de la servante ( esclave ?) noire.

Le hammam de Serkis DIRANIAN

Le hammam de Serkis DIRANIAN

Serkis DIRANIAN Turc né à Constantinople en 1860 de parents arméniens. Elève de Guillement à Istanbul, puis de Gérome à Paris

Orientalisme (2)

Odalisque, bien que le terme désigne en turc une servante vierge du harem et non une concubine, il est associé en occident depuis le XIXeme siècle aux maitresses du pacha. Elle devient la figure de l’érotisme de la peinture orientaliste.

E. Delacroix Odalisque

E. Delacroix Odalisque

Louis-Courtat-1840-1909-odalisque

Louis Courtat 1840-1909 Odalisque

Jules Joseph Lefebvre Odalisque

Jules Joseph Lefebvre Odalisque

Matisse a décliné à plusieurs reprises le thème de l’Odalisque

Henri Matisse Odalisque

Henri Matisse Odalisques

H Matisse Odalisque à la culotte rouge

H Matisse Odalisque à la culotte rouge

H Matisse Odalisque aux magnolias

H Matisse Odalisque aux magnolias

Orientalisme (1)

Avec la progression au cours du 19e siècle de l’expansion coloniale européenne se développe un fort intérêt intellectuel, artistique et scientifique pour les pays du Moyen-Orient de culture islamique.

Certains peintres ont voyagé au Magreb ou  en Egypte pour nourrir leur inspiration. D’autres se sont contentés des récits des voyageurs. Si les scènes de vie ou les paysages  ont une valeur picturale autant qu’ethnographique, la représentation des femmes orientales, grand thème récurrent de l’orientalisme tant littéraire que pictural, reste totalement emprunt de fantasmes et d’a priori. C’est d’abord un moyen de montrer des femmes nues “dont la nudité serait choquante pour l’époque si elle n’était pas avant tout une évocation de l’ailleurs, où les mentalités seraient différentes
Le Harem (lieu fantasmé par les européens) et l’odalisque sont les principales source d’inspiration des peintres quelque soit leur style.
La plus connue est sans conteste le Bain Turc de Jean Auguste Dominique INGRES (1780-1867)

INGRES Le bain turc

INGRES Le bain turc

INGRES La grande Odalisque

INGRES La grande Odalisque

Odalisque nue et généralement lascive, servante ou eunuque noir, Oud et narghilé, tout les éléments classique du tableau du harem sont ici réunis.

Comme chez Jean-Léon Gérôme, (1854-1904) peintre académique français

Gérome "La Bain du harem"

Gérome "La Bain du harem"

Ou Chez Marià Josep Bernat Fortuny i Marsal (1838-1874) Peintre catalan

Maria Fortuny I Marsal Odalisque

Maria Fortuny I Marsal Odalisque

orientalisme et peinture : page intéressante sur les grands peintres orientalistes (Ingres, Delacroix, Gérome)

Courbet Erotique (2)

Mis à part des baigneuses, Courbet a peint plusieurs femmes allongées dans des positions plus ou moins lascives.

Femme couchée 1862

Femme couchée 1862

Goya "Maja nue" 1800

Il s’inspire de ces prédécesseurs comme Goya et sa maja nue (1800)

nu dormant (1858)

nu dormant (1858)

La belle endormie était moins dévêtue et lascive dans ce tableau

femme allongée 1865

femme allongée 1865

Nu allongé sur un bateau

Nu allongé sur un bateau

On retrouve la même position des bras libérant la poitrine que dans le tableau du buste de la naîade.

Femme au perroquet (1866)

Femme au perroquet (1866)

Pour terminer je vous mets en plus grand le tableau saphique du sommeil qui montre 2 jeunes femmes allongées, dans une position sans équivoque.

Le sommeil (1866)

Le sommeil (1866)

Courbet érotique (1)

j’ai commencé ce blog avec l’œuvre la plus célèbre de la peinture érotique. Mais Courbet a peint d’autres œuvres toutes aussi érotiques et réalistes comme je vais vous le montrer dans mes prochains articles.

La femme nue dans la nature

Courbet a utilisé à plusieurs reprises le thème de la naïade pour nous montrer le corps de la femme. Il nous présente des femmes dans toute la réalité et le naturel de leurs formes.

La Source 1862

La Source 1862

La Source 1868

la jeune baigneuse 1866

Les Baigneuses 1853

Les Baigneuses 1853

d’abord assez classique

La baigneuse au bord de l'eau 1845

La baigneuse au bord de l'eau 1845

Elles prennent ensuite des poses plus ambigües …

Les baigneuses 1858

Les baigneuses 1858

La femme dans les vagues 1868

La femme dans les vagues 1868

Liens :

Musée Gustave Courbet à Ornans

Page Wikipédia sur G Courbet

Courbet une biographie, page du Musée d’Orsay

A l’origine… Gustave Courbet

Pour commencer, je vais rendre hommage à Gustave Courbet qui est en grande partie à l’origine de ce blog. J’ai été fasciné par sa toile l’Origine du monde que j’ai mise dans l’en-tête de mon blog.

g_courbet_loriginedumonde

L'Origine du monde 1866

L’histoire de ce tableau est aussi fascinante que ce qu’il représente. Vous trouverez de nombreux détails dans un article de Wikpedia ICI

Un DVD de Arte reprend différents documentaires sur COURBET dont le très intéressant L’Origine du monde de Jean-Paul Fargier qui expose toutes les hypothèses de sa création et de son histoire mouvementée. Une page détaillant le contenu du DVD se trouve LA

En quelques mots, ce tableau a été commandé par le diplomate turc Khalil BEY amateur d’art, de chevaux et de femmes qui a acheté notamment “le Bain Turc” d’INGRES et également une autre oeuvre érotique de COURBET “le Sommeil”

diplomate turc à paris

diplomate turc à paris

Ingres "Le bain turc"

Le sommeil

Le sommeil

Pour l’historienne Michèle Haddad, Khalil-Bey serait rentré à Paris en 1866 pour soigner de sa syphilis. Il aurait alors pu commander une Icône de la source de ses plaisirs et de ses tourments, une sorte d’ex-voto, d’image pieuse dans laquelle il vénère la puissance qui éloigne et rapproche de la mort.

Concernant le modèle, certains pensent qu’il s’agit de Joanna Hiffernan, dite Jo peinte dans ce tableau :

La belle irlandaise, portrait of Jo

La belle irlandaise, portrait of Jo

On avait perdu sa trace, puis il est réapparu chez son dernier propriétaire le psychanalyste Jacques Lacan qui l’avait caché derrière une toile d’André Masson et ne le montrait qu’à des visiteurs sélectionnés.

la dernière cachette du tableau

la dernière cachette du tableau

Après la mort de Lacan, puis de Sylvia Bataille-Lacan en 1994, le ministère de l’Économie et des Finances accepta que les droits de succession de la famille fussent réglés par dation de l’œuvre au musée d’Orsay où il est visible actuellement.

Une artiste contemporaine féministe  Orlan réalisa un pendant à cette œuvre intitulée “l’origine de la guerre”

Orlan "l'origine de la guerre"

Orlan "l'origine de la guerre"